La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

L'EFT 

Comment ça marche ?

Deux approches, très différentes mais surtout  complémentaires, expliquent le fonctionnement et les effets de l'EFT : l'une est basée sur les théories de la Médecine Traditionnelle Chinoise, l'autres basée sur des études scientifiques occidentales.

EFT et Médecine Traditionnelle Chinoise

Un des fondements de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) directement repris par Gary Craig est à la base de l'EFT :

 

"toute émotion négative est due à une mauvaise circulation

de l'énergie dans un ou plusieurs méridiens".

 

Les méridiens sont des sortes de canaux par lesquels circule l'énergie dans notre corps, en surface et en profondeur. Chaque méridien est associé à une fonction physiologique (principalement un organe dont il porte le nom), ainsi qu'à un état psychologique.

Méridiens en MTC et points EFTMéridiens en MTC et points EFT

 

Dans notre culture occidentale cela nous cela paraît soit trop simpliste soit au contraire d'une subtilité difficilement accessible, mais un tiers de l'humanité se soigne depuis plusieurs milliers d'années en utilisant cette énergie que l'on peut nommer Qi (en chinois, prononcer tchi), Ki (en Japonais), Prâna (dans la tradition ayurvédique), ou plus globalement le "souffle vital".

Des praticiens travaillent directement avec ces énergies en médecine avec l'acupuncture et la pharmacopée chinoise, ou avec des massages comme le Shiatsu ou le Tuina, mais aussi à travers des pratiques comme la méditation, le QI Gong, le Tai-Chi ou les arts martiaux.

Pour illustrer ce qui se passe d'un point de vue énergétique, imaginons que vous avez été témoin d'un accident de la route, vous avez vu des personnes blessées ou tuées, des images horribles sont gravées dans votre mémoire, et vous avez eu très peur. 

Le cerveau ne faisant pas grande différence entre le réel et l'imaginaire, plus tard si vous repensez à cette scène vous allez faire ressurgir des images et des détails très précis, qui vont générer des sensations physiques comme le cœur qui s'accélère, une boule au ventre ou la gorge serrée, sensations que vous allez associer à une émotion, ici la peur par exemple. Et vous allez aussi ressasser des pensées comme "j'ai cru que j'allais mourir" ou "j'aurais pu le sauver".

Quand vous êtes dans cet état, à repenser à une scène précise, avec une émotion, des sensations physiques et des pensées négatives, votre énergie circule d'une façon particulière, propre à l'évocation de ce souvenir, et plutôt mal vu tous les inconforts que vous ressentez.

L'EFT propose alors de stimuler un point de chaque méridien pour débloquer l'énergie perturbée par le souvenir. Au fur et à mesure que vous stimulez les points, l'énergie circule à nouveau mieux, les sensations physiques et les émotions associées à cette énergie perturbée s'estompent, jusqu'à disparaître.

Vous conservez le souvenir de l'évènement, mais celui-ci ne perturbe plus votre système énergétique et vous ne ressentez plus la charge émotionnelle négative associée.

L'EFT en occident : la Psychologie Energétique

Les occidentaux et plus particulièrement les américains ont réalisé des études scientifiques pour comprendre les mécanismes psychologiques et physiologiques induits par l'EFT.

Il y en a plus d'une 50aine, dont certaines réalisées dans des universités réputées pour leur sérieux comme Harvard. Elles sont venues étoffer celles déjà réalisées sur l'acupuncture.

 

Le conditionnement

Tout est affaire de conditionnement et de déconditionnement ; l'être humain est un être de conditionnement.

La fonction première est de nous protéger : si enfant vous touchez une ortie, cette expérience va s'engrammer dans votre cerveau comme étant douloureuse, associée à la forme spécifique de la plante. Dès que vous la verrez à nouveau vous la reconnaitrez immédiatement (alors que par ailleurs vous êtes incapable d'identifier les autres plantes alentour), et une petite alerte vous priera de ne pas y toucher. Dans cet exemple le conditionnement est utile.

Si par contre, lorsque vous étiez enfant, vous avez récité une poésie devant la classe et que l'instituteur s'est moqué de vous, que vous avez entendu des rires ou des paroles blessantes, et que vous avez ressenti la honte, il y a des chances que plus tard il soit difficile pour vous de prendre la parole en public. Même si vous avez complètement oublié cet épisode de la poésie, inconsciemment vous êtes conditionné comme associant une prise de parole devant un grand groupe à une expérience douloureuse que vous chercherez absolument à éviter.

 

95 % de nos comportements sont inconscients car pilotés sans réflexion par notre expérience de vie et donc notre propre conditionnement. Seulement 5% de nos comportements sont réalisés de façon consciente.

On peut donc avoir la meilleure volonté du monde pour changer un comportement, si 95% de notre être ne veut pas changer, pour des raisons valables à une autre époque, ces changements sont difficiles voire impossibles ; on ne sait pas contre quoi se battre, on ne comprend pas nos échecs, on répète les mêmes situations.

 Iceberg de la conscience

 

La stimulation des points d'acupression provoque une contre-réaction du cerveau qui va déconditionner le négatif.

 

Le cerveau

Notre cerveau se compose de 3 parties principales : c'est la théorie du cerveau triunique de Paul Mac Lean qui date des années 70, qui est certes un peu obsolète mais permet d'expliquer simplement son fonctionnement général :

  • Le Cerveau Archaïque, ou Reptilien, se charge de la survie de l'organisme : respirer, boire, manger, dormir, assurer la défense du territoire (agressivité) et la survie de l'espèce (se reproduire). Ce cerveau réagit instantanément, mais il n'y a pas d'adaptation au milieu.

 

 

  • Le Cerveau Limbique est le siège des émotions, de la mémoire et des apprentissages, ainsi que le siège du contrôle du Système Nerveux Autonome (SNA), lequel règle de nombreuses fonctions physiologiques comme le rythme cardiaque, les variations de respiration, la régénération des cellules, la température du corps, les équilibres chimiques, l'immunité...

Le Limbique catalogue ce qui est vécu comme agréable ou gratifiant, ou comme désagréable, séparant le monde en deux : "j'aime" et "j'aime pas".

Sa fonction essentielle est la survie par une bonne adaptation à l'environnement, en recherchant les situations agréables et en évitant les autres.

  • le Cortex, qui est le siège de la conscience, du langage, de la réflexion, du raisonnement, de la pensée abstraite.

En cas de danger perçu le Cerveau Reptilien analyse tous les stimuli (jusqu'à 1000 par seconde) et avec le Cerveau Limbique les classe en j'aime/j'aime pas. En 1 à 3 secondes la situation est analysée de façon binaire, et s'il y a plus d'indicateur négatifs, on se met en mode survie : le Cerveau Reptilien shunte le Cortex, qui ne peut plus agir d'après un raisonnement, jugé trop long donc dangereux pour la survie.

Il n'y a alors que 3 réactions possibles : se battre, fuir, ou être tétanisé (faire le mort).

Le cerveau reptilien mobilise le cerveau limbique et par son intermédiaire le Système Nerveux Autonome, pour se préparer à l'action.

 

Le Système Nerveux Autonome (SNA)

Le SNA comporte deux branches qui ont des actions antagonistes :

  • le Système Nerveux Sympathique (SNS), qui est activé lorsqu'il y a danger, on peut le comparer à un accélérateur. Il va par exemple augmenter le rythme cardiaque, dilater les pupilles, produire de l'adrénaline, produire du cortisol pour augmenter la glycémie (à partir de la DHEA disponible)
  • le Système Nerveux Parasympathique (SNP), qui lui, permet de se calmer, de faire baisser le rythme cardiaque par exemple, une fois le danger passé. On peut le comparer à un frein. Il libère entre autres
    • de la dopamine, qui est une hormone liée au plaisir et à la récompense, 
    • de la sérotonine, qui régule les cycles du sommeil, l'agressivité, la perception de la douleur et l'humeur,
    • des endorphines, qui sont naturellement sécrétées lors d'activités physiques intenses et en cas d'excitation ou de douleur. Elles ont une action analgésique et procurent une sensation de bien-être. 

Lorsqu'on se laisse "déborder" par des émotions comme la peur, la colère, la tristesse, la culpabilité ou la honte, c'est le Système Nerveux Parasympathique qui ne joue plus son rôle de frein, car les stimuli analysés ressemblent trop à ceux du trauma initial, les signaux sont reconnus, l'alerte est au maximum et le Système Nerveux Sympathique s'emballe.

 

 Quand on stimule les points d'acupuncture en EFT,

on provoque une contre-réaction du cerveau

qui active le Système Nerveux Parasympathique. 

 

L'EFT c'est donc s'exposer légèrement par la pensée et la parole en ciblant le problème (si possible le trauma initial), ce qui va déclencher le SNS et les ressentis associés, puis faire le tapping et activer en contre-réaction le SNP, qui va apporter une autre réponse possible, plus apaisée, et ainsi déconditionner la situation traumatisante.

L'objectif est de ramener tous les activateurs sensoriels à zéro, et dans ce cas c'est déconditionné à vie.